Whatever Works

Publié le par Marie

Whatever Works

Synopsis

- Boris Yellnikoff est un génie de la physique qui a raté son mariage, son prix Nobel et même son suicide. Désormais, ce brillant misanthrope vit seul, jusqu'au soir où une jeune fugueuse, Melody, se retrouve affamée et transie de froid devant sa porte. Boris lui accorde l'asile pour quelques nuits. Rapidement, Melody s'installe. Les commentaires cyniques de Boris n'entament pas sa joie de vivre et peu à peu, cet étrange couple apprend à cohabiter.

C’qu’on en pense

Un Woody Allen qui mettra tout le monde d’accord ! Lorsque Boris, vieil intello cynique, grincheux, hypocondriaque et intolérant, se voit soudainement contraint de partager sa vie avec Melody, jeune nunuche enjouée, d’une naïveté déconcertante, le résultat en est aussi pétillant qu'hilarant. Une fois de plus, Woody Allen fait preuve d’un sens de l’autodérision fulminent, d’un cynisme absolument délicieux. A travers le personnage de Boris, celui-ci condamne la bêtise, la religion, l’ignorance et la naïveté et prône les sciences, la culture, et les connaissances en général. Les dialogues, toujours aussi riches et travaillés, animent le film de manière subtilement décalée. Enfin, la façon qu’a Woody Allen de jouer avec le spectateur permet une interactivité amusante : régulièrement, le personnage principal (Boris) s’adresse directement à nous, spectateurs, pour nous confier sa vision de la vie et nous commenter la sienne. Précipitez vous dans le Brooklyn des années 2000 avec cette comédie optimiste, vous ne le regretterez pas !
Afin de ne pas entraver la qualité de ce film, il vous est vivement conseillé de le visionner en version originale !

Mood : Cynisme & autodérision.

La bande annonce, c’est par ici.

2009, Comédie de Woody Allen avec Larry David et Evan Rachel Wood.

Publié dans Films

Commenter cet article