Le nom des gens

Publié le par Marie

Le nom des gens

Synopsis

- Bahia Benmahmoud, jeune femme extravertie, se fait une haute idée de l'engagement politique puisqu'elle n'hésite pas à coucher avec ses ennemis pour les convertir à sa cause - ce qui peut faire beaucoup de monde vu qu'en gros, tous les gens de droite sont concernés. En règle générale, elle obtient de bons résultats. Jusqu'au jour où elle rencontre Arthur Martin, comme celui des cuisines, quadragénaire discret, adepte du risque zéro. Elle se dit qu'avec un nom pareil, il est forcément un peu facho. Mais les noms sont fourbes et les apparences trompeuses…

C'qu'on en pense

Coucher avec nos ennemis politiques pour les convertir à nos idéaux ? Peu courant, certes, mais terriblement drôle. Malgré les sujets sensibles abordés que sont l’identité nationale et les origines - sujets plus que jamais ancrés dans notre actualité politique -, on s’amuse grâce à la légèreté de ton employé tout au long du film. Le Nom des Gens nous remémore des pages historiques douloureuses de notre pays mais regorge de répliques frappantes et nous offre des situations cocasses à tour de bras. Le rythme effréné de cette comédie politico-romantique est incontestablement dû à une Sara Forestier qui casse la baraque. Lumineuse, pétillante et charismatique, ne loupez pas sa ballade entièrement nue dans les rues de Paris et dans le métro (Ce rôle lui vaut d’ailleurs le césar de la meilleure actrice en 2011). Jacques Gamblin nous inonde de sympathie avec ce rôle très “dans les clous”, touchant et discret, presque naïf. On adore les scènes ou il échange avec son alter ego ado. Petit clin d’oeil à l’apparition de Lionel Jospin dans son propre rôle, qui nous fait une belle démonstration d'auto-dérision. Loin des clichés et des blagues politiques “borderline”, Le Nom des Gens nous offre une vision militante, engagée et décomplexée, une vision plus profonde qu’elle n’y parait. Un film synonyme de joie, mais surtout, porteur d’espoir qui proclame haut et fort que les bâtards sont l’avenir de l’humanité. A ne pas manquer !

Mood : Faites l’amour, pas la guerre !

La bande-annonce, c'est juste là !

2010, comédie de Michel Leclerc, avec Sara Forestier, Jacques Gamblin, Zinedine Soualem, Michèle Moretti

Publié dans Films

Commenter cet article